top of page

La KUSH: une menace potentielle pour les efforts de développement du capital humain de la Sierra Leone

Bien que son ampleur soit inconnue, des preuves indéniables attestent d'une augmentation sans précédent de la prolifération et de la consommation de nombreuses substances nocives et addictives en Sierra Leone. Depuis quelques années, la Kush s'est imposée comme la plus répandue de ces substances.

 

Si cette évolution des activités illicites liées à la drogue en Sierra Leone ne fait pas l'objet d'une intervention immédiate, elle risque de compromettre l'impact à long terme de l'effort de développement du capital humain du pays.   


Cette substance a acquis une notoriété et une popularité considérables auprès des ménages sierra-léonais. Il s'agit d'un sujet d'intérêt national qui fait l'objet de discussions fréquentes dans presque toutes les communautés du pays. Il existe même des conjectures sur le commerce ou la consommation potentiels de ces substances au sein de ces communautés.  


Si le public n'a pas une connaissance suffisante de l'origine et de la composition chimique de la substance, ses effets nocifs sur les consommateurs, qui sont souvent des jeunes, ne sont pas remis en question. Il existe des enregistrements vidéo, des photographies et des témoignages d'individus ayant des comportements extrêmement bizarres, qui seraient influencés par la Kush. 


Ces comportements consistent généralement à se cogner la tête contre des surfaces dures et à plonger soudainement dans un sommeil profond, n'importe où et dans n'importe quelle position, souvent en hochant la tête jusqu'à ce qu'elle touche le sol. En outre, les personnes qui consomment de la Kush présentent souvent de graves blessures aux jambes.  


Cette évolution a suscité une grande appréhension au niveau national, principalement parce qu'elle a mis à mal la santé et le bien-être de la jeune population du pays et qu'elle constitue désormais une grave menace pour la sécurité et la sûreté nationales. De toute évidence, il s'agit d'un climat hostile à la survie de toute initiative de développement du capital humain.   


La conduite imprudente et les accidents de la route mortels réguliers, en particulier dans la capitale, expliquent en grande partie cette insécurité face à la violence des jeunes et aux crimes tels que les abus sexuels, les vols et les meurtres qui sont souvent attribués à la consommation de drogues (Kush). Une telle conclusion s'explique par une idée reçue selon laquelle la consommation de la drogue est très répandue parmi les jeunes hommes qui assurent le fonctionnement du système de transport public du pays, dominé par les tricycles et les motos, et dont beaucoup sont probablement des jeunes qui ont abandonné l'école ou d'anciens combattants.  


"Malgré la gravité du problème, l'appel retentissant du public en faveur d'une intervention gouvernementale semble être tombé dans des oreilles apathiques. Cela a donné lieu à des campagnes d'éradication de la Kush menées par les communautés à travers le pays. C'est peut-être une bonne idée, mais elle risque d'aggraver le problème actuel de la drogue en désignant, en humiliant et en violant les droits de l'homme de ceux qui consomment de la drogue."


Afin d'aborder avec succès le problème de la drogue en Sierra Leone, il convient de commencer par renverser la perception selon laquelle les personnes qui consomment de la drogue ne sont pas le problème, mais plutôt de simples victimes des politiques punitives en matière de drogue et du commerce de la drogue, qui ont besoin d'aide pour surmonter leurs problèmes de consommation de drogue, et non de condamnation.


Il est donc impératif que les autorités compétentes prennent les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre l'épidémie de Kush. Cela garantira l'expertise et les ressources nécessaires pour assurer le succès de l'intervention. Le gouvernement doit réagir maintenant. 

1 vue

Comments


bottom of page