top of page
  • Photo du rédacteurWADPN

Sierra Leone : les communautés s'allient pour lutter contre l'épidémie de kush

Les communautés locales sont devenues des acteurs essentiels dans la lutte contre la propagation de la Kush, une substance illégale, en Sierra Leone. Alors que ses effets néfastes se font sentir dans les zones urbaines, ces communautés ont pris les devants en menant des actions visant à réduire le commerce, la dépendance et les problèmes subséquents liés à la Kush.


La kush est une substance roulée et fumée comme une cigarette ou du cannabis. Mais la drogue de synthèse illégale connue sous le nom de kush ne doit pas être confondue avec la marijuana qui en est le synonyme. Des cas de plus en plus fréquents en Sierra Leone et en Guinée ont démontré que cette drogue est dangereuse : Après quelques bouffées, le consommateur se retrouve défoncé, incapable de se tenir debout.


Selon le National Political Prophet, les citoyens concernés, conscients de la gravité de la situation, adoptent une attitude proactive et, d'après ce que nous avons constaté jusqu'à présent, la situation actuelle dans le pays n'est pas encourageante. Nous ne voulons pas que les jeunes se fassent justice eux-mêmes. Nous demandons à toutes les autorités compétentes, et en particulier à l'agence de lutte anti-drogue, de traiter de toute urgence les problèmes liés à la drogue. Il est nécessaire de tracer une voie claire, et ces éléments, parmi d'autres, prouvent que la "guerre contre la drogue" est une guerre contre l'homme.


Il semblerait que certains leaders de ces communautés consacrent bénévolement leur temps et leur énergie à la lutte contre la Kush. Grâce à des campagnes d'éducation et de sensibilisation, ils s'efforcent d'informer les consommateurs et les usagers potentiels des risques sévères posés par cette substance. En prenant des mesures aussi décisives, ces responsables communautaires affirment qu'ils protègent indéniablement des vies et qu'ils ont un impact durable sur leurs quartiers.


Toutefois, ces communautés sont conscientes qu'il ne suffit pas de faire appliquer la loi pour remédier à cette situation critique. Tandis que la prospérité économique et les possibilités d'emploi jouent incontestablementb un rôle dans l'orientation des jeunes de Sierra Leone vers des voies positives, la promotion de l'empathie et du respect est tout aussi vitale. En s'engageant auprès des jeunes, en leur offrant la possibilité de s'exprimer et en leur proposant des services de réduction des risques, on peut leur insuffler un sentiment d'utilité, les aider à envisager un avenir meilleur et à apporter une contribution positive à la société.


Alors que la Sierra Leone est confrontée à la complexité de l'épidémie de Kush, il devient de plus en plus évident que le gouvernement doit se saisir de cette problématique urgente. Cette situation requiert l'attention immédiate de son Excellence le Président Julius Maada Bio et de tous les citoyens de la Sierra Leone.


"La tendance actuelle des activités illicites liées à la drogue en Sierra Leone risque de compromettre l'impact à long terme du prestigieux effort de développement du capital humain du pays si elle n'est pas immédiatement prise en compte. - Prince Bull-Luseni, directeur exécutif, WADPN.


Ce n'est que par des efforts conjoints, comprenant à la fois des initiatives communautaires et des actions gouvernementales, que la Sierra Leone pourra lutter avec succès contre l'usage endémique de la Kush et les problèmes qui y sont liés. En abordant ce problème de front, la nation a la capacité de transformer son avenir et d'assurer le bien-être de sa jeunesse.


Il est évident que la réglementation illégale des drogues fait plus de mal que de bien. Il est grand temps que les autorités révisent leurs politiques en matière de drogues afin de sauver des vies. Nous invitons donc le gouvernement et les autorités chargées de l'application de la loi à agir de toute urgence, car la situation actuelle dans le pays est préoccupante : les jeunes perdent patience et se font justice eux-mêmes en s'attaquant aux trafiquants, aux consommateurs et aux fournisseurs de cette substance.

2 vues
bottom of page