Mobilisation de la DEA, des OSC & des parties prenantes autour de la lutte contre la drogue en SL

Après la tournée de plaidoyer sur les drogues au Nigeria, la Drug Policy Alliance et le WADPN ont discuté avec des organisations de la société civile, l'agence de lutte contre les drogues et les parties prenantes en Sierra Leone au sujet de la réponse du pays en matière de contrôle des drogues, avec le soutien d'OSF-Africa.


Durant cette période, et sous l'influence des processus législatifs en cours au Liberia et en Sierra Leone, les deux pays ont témoigné de leur volonté et de leur engagement à réformer leurs lois strictes sur les drogues et à accorder des réductions de peine significatives pour l'utilisation et la possession de substances illicites, à proposer un traitement alternatif à l'incarcération et à adopter une réglementation du cannabis pour les usages médicaux et traditionnels. 


Au Libéria, les divergences qui existent entre le Parlement et le Sénat quant à la constitutionnalité du trafic de drogue comme infraction non punissable ont empêché la transmission du projet de loi approuvé au pouvoir exécutif pour validation par le président. En Sierra Leone, le projet de loi a été révisé et amendé avec succès par la NDLEA, cependant il reste encore à convaincre d'autres parties prenantes pour que le projet de loi soit adopté par le Parlement.


Il convient de tirer parti de l'expertise de la Drug Policy Alliance dans le domaine de la politique des drogues ainsi que de ses compétences en matière de pratiques internationales. Le soutien du DPA a permis de nourrir la discussion grâce à des rencontres avec les principales parties prenantes en vue de plaider pour la décriminalisation et la réduction des peines pour usage et possession de substances illicites.


En Sierra Leone, la collaboration avec les différentes parties prenantes est axée sur des visites dans les communautés de consommateurs de drogues et dans les centres de traitement et de réhabilitation dans le but d'évaluer l'impact de la lutte contre la drogue et de s'assurer de l'efficacité du traitement et de la réhabilitation. L'intégration de la santé publique dans les actions de lutte contre la drogue est envisagée.


Toutefois, la menace que représente le trafic de drogues illicites pour la sécurité nationale exige que l'on réfléchisse à une approche plus efficace ; par conséquent, le comité législatif doit s'approprier le processus de réforme, en utilisant le Liberia comme étude de cas.


Le fondateur du DPA, M. Ethan et notre directeur exécutif ont eu une rencontre avec M. Habib Kamara, directeur exécutif de Social Linkage for Youth Development, qui est l'un des principaux prestataires de services de réduction des risques en Sierra Leone et qui est également membre du WADPN, afin de discuter de l'avenir de la réduction des risques, des opportunités et des défis.


La Sierra Leone déploie son plan stratégique national avec un certain degré d'assistance policière ou de partenariat avec la police en vue d'améliorer le recours au système de justice pénale et à l'orientation vers le traitement et la réhabilitation.


L'équipe, dirigée par Prince et Ethan, a rencontré le ministère de la Santé et de l'Assainissement ainsi que la NDLEA afin de solliciter leur soutien en faveur de la campagne #EndTheWarOnDrugs en Sierra Leone. L'équipe a fait appel à eux afin qu'ils mènent la lutte contre la drogue sous une perspective de santé publique.


Au terme de cette tournée de plaidoyer sur la drogue en Sierra Leone, l'équipe a également tenu une réunion avec le comité législatif du parlement afin de l'informer du processus de réforme de la politique en matière de drogue mis en place dans le pays pour faire face à la lutte contre la drogue.

En outre, Ethan a souligné que "... il y a une réelle opportunité de réforme ici (Sierra Leone)".

8 vues