• WADPN

La Commission Ouest Africaine sur les Drogues se met en bouclier pour renforcer les dispositions pri


La Commission Ouest Africaine sur les Drogues a été crée par Kofi Annan ancien secrétaire général de l’organisation des nations unies, actuel président de la fondation Kofi Annan cette commission  comprend  un groupe diversifié de 11 ouest africains du monde de la politique , la société civile ,la sante , la sécurité  et le système judiciaire. Ces hommes et femmes se sont investis pendant plus de 18 mois pour procéder au lancement du rapport «Pas Seulement en Transit: Etat et Société de l’Afrique de l’Ouest» en juin 2014 à Dakar.  Parmi les objectifs de cette commission, l’élaboration des recommandations basés sur les faits, la mobilisation de l’opinion publique et le développement des capacités  et l’appropriation locale et régionale.

Au cours des échanges, les différents participants  à cet atelier ont fait part de leurs expériences respectives dans le cadre de la lutte contre la drogue. Parmi les points de convergences font parties la pauvreté, l’imitation ou le terme anglais temptation  tout ceci nous renvoi au cheval de bataille déjà utilisé par l’ONG  Jamra qui pense que la  communication et la sensibilisation en  passant par l’éducation sont incontournables dans la lutte par ce que pour Bamar Gueye, le mal il faut le soigner à la racine c’est la raison pour laquelle les autorités sénégalaises l’ont compris et ont mis sur les fronts baptismaux un centre d’incubation pour anciens toxicomanes, centre dénommé CEPIAD, situé a l’intérieur du CHU de Fann  qui a accueilli la visite des membres de la Commission Ouest Africaine sur la Drogue , laquelle commission a trouvé sur place d’anciens drogués reconvertis mais aussi d’actuels patients dénommés inclus qui s’adonnent a une cure médicale accompagnée d’autres techniques psychiatriques grâce a l’aide de psychiatres spécialisés.

Dans ce centre il est constaté que ces patients font de l’art plastique en peignant mais aussi du micro jardinage. Toutes ces activités sont destinées a permettre aux patients ou inclus de s’exprimer, d’extirper ce qui est en eux, de manifester ses joies, ses peines in finé de se retenir voir de s’abstenir d’utiliser de la drogue. L’exemple du Sénégal est salué par les autres membres de la commission issus des autres pays,  pour eux cette stratégie sénégalaise seule en Afrique de l’Ouest initiée depuis le 1er décembre 2014 est originaire d’un diagnostic fait par des autorités médicales sénégalaises comme le Dr Awa Marie Coll Seck ministre de la sante et le Dr Safietou Thiam secrétaire Exécutif du CNLS. L’Afrique de l’ouest est bien partie pour encore amoindrir les effets de la drogue toujours confrontés au trafic international  via nos frontières

Par Assane Diop et publié pour la première fois sur seninfos.wordpress.com

1 view